• La mer  

    Sous les coiffes de lin, toutes croisant leurs bras

    Vêtus de laine rude ou de mince percale,

    Les femmes à genoux sur le roc de la cale,

    Regardent l’Océan blanchir l’île de Batz 

     

    Les hommes, pères, fils maris, amants, là-bas

    Avec ceux de Paimpol, d’Audierne et de Cancale,

    Vers le Nord sont partis pour la lointaine escale ! 

    Que de hardis pêcheurs qui ne reviendrons pas!

     

    Par-dessus la rumeur de la mer et des côtes,

    Le chant plaintif s’élève, invoquant à voix hautes

    L’Etoile sainte : Espoir des marins en péril ;

     

     Et l’µangélus, courbant tous ces fronts noirs de hâle,

    Des clochers de Roscoff à ceux de Sybiril,

    S’envole, tinte et meurt dans le ciel rose et pâle.

    José Maria de Hérédia (1842-1905)


    28 commentaires
  •  Mon amie Flicka

    Mon amie Flicka

    Mon amie Flicka

    La Cavale 

    O jeune cavale, au regard farouche,

    Qui court  dans les près d’herbe grasse emplis,

    L’écume de neige argenté ta bouche.

    La sueur ruisselle à tes flancs polis,

    Vigoureuse enfant des plaines de Thrace,

    Tu hennis au bord du fleuve mouvant

    Tu fuis, tu bondis, la crinière au vent :

    Les daims auraient peine à suivre ta trace

     Le conte de Liste (1818-1894)


    26 commentaires
  • Pensée vagabonde

    ♥Pensée vagabonde♥

    ♥Pensée vagabonde♥

    Pensées languissantes glissent

    En silence au murmure de l’eau

    Nostalgie d’un rêve naissant

    Songe d’une nuit d’été

    Etoiles  qui scintillent

    En diamant éternel

    EMG


    6 commentaires
  • La fille aux Lys

    ♥ la fille aux lys ♥

     

    ♥ la fille aux lys ♥  

    Le Lys pureté

    Et le poète dit qu’au rayon des étoiles

    Tu viens chercher, la nuit, les fleurs que tu cueille,

    Et qu’il a vu sur l’eau, couchée en ses longs voiles,

    La blanche Ophélia flotter,  comme un grand lys !

    Arthur Rimbaud


    12 commentaires
  • Un jour nouveau

    ♥ Un jour nouveau ♥

    ♥ Un jour nouveau ♥

    LE CHANT D’AMOUR
    Le chant d’amour éteint la lumière du soir
    Berce les pensées des yeux fermés dans le noir
    Ils sont fermés mais regardent sous les paupières
    Le silence de la nuit qui n’éteint pas les misères
    Le sort du temps qui passe, malade de ses jours
    à taire dans le cœur ce silence d’amour
    N’y a-t-il que le temps qui jamais ne s’efface

    A le voir pleurer sans arrêt devant sa glace
    Pour n’avoir aucune âme qui reste dans son cœur

    Et ainsi posséder l’arme des douleurs

    Pour forcer l’innocent à subir sans partage

    La nuit au chant d’amour, mélodie sans lumière

    Qui résonne aux cœurs des êtres de la terre

    Claude.B


    17 commentaires
  • Séduction

    ♥ Séduction ♥

    ♥ Séduction ♥

     

    « les femmes sont vulnérables au murmure

    de l’âme et l’art de la séduction est fait de délicatesse »

    Romain Gary

     

    « les femmes seules savent combien le respect

    que leur porte un maître engendre de séduction »

    Honoré de Balzac


    21 commentaires