•   Nostalgie

    La beauté est un mystère qui danse et chante

     et au –delà du temps. Depuis toujours et à jamais.

    Elle est incompréhensible.  ..Elle est dans l’œil qui regarde,

    dans l’oreille qui écoute autant que dans l’objet admiré. .. Elle

    est liée à l’amour. Elle est promesse de bonheur.

    A la façon de la joie, elle est une nostalgie d’ailleurs.

    Jean D’Ormesson


    23 commentaires
  • Anniversaire un amour de fée(Isabelle)

    Un soupçon de gaité,

    une larme de tendresse

    pour toi ce petit message amie

    ou je voulais te dire  merci

    pour ta gentillesse et ta générosité

    on ne peut que t'aimer

    merci  isabelle

    Bon anniversaire et gros bisous


    24 commentaires
  • Violette

    ♥ Violette ♥

    ♥ Violette ♥

    Beaucoup de poètes pensent que la nature

    n’est pas complète sans la femme,

    et de là viennent sans doute toutes les comparaisons

     fleuries qui, dans leurs chants, font tour à tour

    de notre campagne naturelle une rose, une violette,

    une tulipe, etc, etc

    les dimanches d’un bourgeois de Paris (1880)

    Guy de Maupassant


    27 commentaires
  •   Dernières vacances


    Sur le sable les mots se dessinent

    Petit à petit une phrase se devine.

    Elle sera dans quelques heures,

    Effacée par la marée  douceur.


     Sur le sable un souvenir,

    A pris naissance, agréable à lire.

    Reflétant la joie d’un moment,

    Agréable à retenir.


     Sur le sable déserté,

    Les mots aidés par le vent,

    S’effacent doucement


     Sur le sable tamisé,

    La déclaration a disparu.

    Tandis que la rentrée est en vue.

     Publié le 24/09/2017 par rimesoudeprime

     


    21 commentaires
  • Timidité

    ♥ Timidité ♥

    ♥ Timidité ♥

    « La certitude d’être aimé donne beaucoup de grâce à

    Un esprit timide en lui rendant le naturel »

    André Maurois


    20 commentaires
  •   Douceur d’été

    ♥ Douceur d'été ♥

    Voici que la saison décline,

    L’ombre grandit, l’azur décroît,

    Le vent fraîchit sur la colline,

    L’oiseau frissonne, l’herbe a froid.

     

    Août contre septembre lutte ;

    L’océan n’a plus d’alcyon ;

    Chaque jour perd une minute,

    Chaque aurore pleure un rayon.

     

    La mouche, comme prise au piège,

    Est immobile à mon plafond,

    Et comme un blanc flocon de neige,

    Petit à petit, l’été fond  

    Victor HUGO


    5 commentaires