• C'est la faute au vent

    C'est la faute au vent

    C'est la faute au vent

    Devant la fenêtre entrouverte

    Je voulais écrire un poème.

    Les mots n'arrivaient qu'avec peine,

    Ma plume n'était guère alerte.

    C'est la faute au vent

    J'écoutais, venant du jardin,

    Le vent s'engouffrer dans les branches.

    Ma page hélas demeurait blanche,

    Ma plume glissa de ma main.

    C'est la faute au vent

    Bientôt le vent souffla plus fort

    Comme un démon que rien n'arrête,

    Annonciateur de la tempête,

    Ce vent était un vent du nord.

    C'est la faute au vent

    Soudain une brusque poussée

    Fit s'ouvrir en grand la croisée.

    Et comme un papillon léger,

    Ma feuille au loin c'est envolée.

    Sissi poésie en habit

    C'est la faute au vent


    13 commentaires
  • La pensée

    La pesée

    La pesée

    La pensée

    Elle se laisse balancer par le vent

    Elle se referme quand vient la fin du temps

    Elle se réveille avec la joie de vivre

    Et le soleil la chatouille de ses rayons ivres

    Elle prend sa douce, des milliers 

      de gouttes sur elle se couchent 

    Parfois elle meut écrasée

    Ce n'est peut-être qu'une pensée

    Mais c'est surtout une toute petite fleur

    Qui comme nous a droit au bonheur

    Christine

    La pesée


    11 commentaires
  • Au jardin des roses

    Au jardin des roses

    Au jardin des roses

     Au jardin des rose 

    Dans le jardin des roses, 

    au palais des cœurs perdus,

    La solitude du cœur se pose, 

    Sous les murmures des herbes nues.

    Pêle-mêle les parfums en voluptés, 

    Réjouissent les âmes toutes victimes

    De ce charme corruptible dont elles sont inondées.

    Le cœur s'éclaire de ce velours intime, 

    Dans les allées aux boutons de l'amour,

    Se balancent les roses qui chantent les rêves,

    Ceux qui au milieu des cœurs se posent tout à tour,

    Pour que les choses secrètes dans les parfums s'élèvent, 

    Imprimant ainsi à l'ombre de l'amour même, 

    Le chant des cœurs en fleurs sur le chemin de l'oasis,

    Alors arrive le souffle de la flamme suprême,

    douce chaleur palpitante aux roses de la vie.

    ClauceB

    Au jardin des roses


    13 commentaires
  • Ma nostalgique rivière

    Ma nostalgique rivière

    Ma nostalgique rivière

    Ma nostalgique rivière

    Il y avait longtemps que sur cette rivière

    On entendait les voix des belles lavandières

    Alors qu'un peu plus loin, profitant du courant 

    Tournaient les vieux moulins sur les moissons des champs.

    Ma nostalgique rivière

    Aujourd'hui que nous reste t'il de nos ancêtres

    Un vieux lavoir qui se remémore peut-être

    De ces moments joyeux où la vie était douce

    Où les rires fusaient à la moindre éclabousse.

    Ma nostalgique rivière

    La rivière aujourd'hui n'est plus que nostalgie

    Qui conserve en reflets ces merveilleux vestiges

    Mais si sur le chemin qui longe son parcours

    Viens se poser un peintre, renaîtront ses atours.

    Ma nostalgique rivière

    Alors on entendra à nouveau ses murmures

    Dans le doux clapotis de ce recueillement 

    La rivière en offrant sa nouvelle parure

    Sera accompagnée des oiseaux par leurs chants.

    Auteur Inconnu

    Ma nostalgique rivière


    18 commentaires
  • Souvenirs embaumés 

    souvenirs embaumés

    souvenirs embaumés

    Souvenirs embaumés

    M'éloignant du coiffeur, parfumeur pour une heure,

    Je retrouve avec joie tous les parfums de fleurs

    Qu'avec bonheur je hume en une griserie, 

    Mêlés aux souvenirs d'une enfance dans l'oubli.

    souvenirs embaumés

    Perchée et torsadée, il y eut la glycine,

    Éveillant en moi pour toujours, ses effluves sublimes,

    ainsi qu'un vieux lilas que ma mère adorait,

    Qu'en bouquets d'odeurs, cueillir, il répandait.

    souvenirs embaumés

    Mais quand dans mes voyages, les paniers de jasmin

    Sentaient la griserie... j'étais en bon chemin.

    Et me rappelant, loin de tout, jacinthe et seringa,

    Je me sentais rajeunie, sitôt le premier pas.

    souvenirs embaumés

    Enfin, quant à la Reine que j'aime, j'ai nommé la rose,

    Et sa seule élégance n'est pas l'unique cause,

    Ses parfums si divers et toujours impalpables 

    Sont né, sans aucun doute, d'un Dieu infatigable!

    Sissi poésie en habit

    souvenirs embaumés


    16 commentaires
  • Ballade de printemps

    Ballade de printemps

    Dite-moi, gentille hirondelle 

    Tu viens de loin à tire-d'elle

    Sur un nuage, portée par le vent,

    Sous ma fenêtre, cette nacelle

    C'est ton abri, ta citadelle,

    Ton château fort d'un autre temps,

    Je t'aperçois, petite oiselle

    Et demain sera le printemps.

     

    Dites-moi, blanche tourterelle,

    Etes-vous la colombe d'antan

    Qui chantait la paix perpétuelle

    En refrain gai et roucoulant?

    C'est le ramage d'une pastourelle

    Ou bien l'écho, la ritournelle

    Dans la bouche du petit enfant.

    Sa voix chante comme une crécelle

    Que demain sera le printemps.

     

    Dites-moi, gente demoiselle,

    Mon âme en peine depuis trois ans 

    N'a céans revu votre ombrelle

    Ni entendu vos rires charmants,

    Vous n'êtes plus cette jouvencelle 

    Qui jouait jadis à la marelle

    Oh, donnez-moi quelques instants

    De vrai bonheur sous cette tonnelle

    Quand demain sera le printemps!

     

    Poète, si la Muse t'ensorcelle,

    Après l'hiver, son mauvais temps, 

    Prends le pinceau et l'aquarelle

    Et vient donc peindre le printemps!

    Antoine Livic


    13 commentaires