• ♥ Belles fleurs des champs  ♥

     

    Belles fleurs des champs

    Belles fleurs des champs

    Belles fleurs des champs

    Belles fleurs des champs et des prairies

    Vous qui poussez libres dans les près,

    Coquelicots et myosotis,

    Parsemez sous-bois et forets,

     Belles fleurs des champs

    fleuries et parées de couleurs,

    Vous ornez en toutes saisons,

    Mes chemins et mes horizons,

    M'offrant une douce langueur.

    Belles fleurs des champs 

    Au printemps, vous drapez nos plaines

    de larges bandes de rubans d'or,

    plantations de fin mitoyennes

    A celles des jeunes blés, verts encore.

    Belles fleurs des champs 

    Dans les pâturages et enclos,

    Mêlés aux herbes fraîches se dressent 

    Boutons d'or, belles-de-jours, pavots

    Orties, pâquerettes, edelweiss,

    Belles fleurs des champs 

    Reine des près, marguerites, muguets,

    jonquilles, perce-neige, primevères,

    Colchiques, gueules-de-loup et bleuets,

    Telle une broderie fourragère.

    Extrait du poème de Christian-Georges Gauvin 

    Belles fleurs des champs


    11 commentaires
  • ♥ Près du fleuve  ♥

    Près du fleuve

     Près du fleuve

    Près du fleuve

    C'est un fleuve qui passe, qui ne fait que passer, 

    Rires et larmes du monde un jour s'y sont jetés.

     Près du fleuve

    Sous les yeux attendris de deux cœurs étonnés

    On découvre l'univers, ses dangers, ses beautés.

    Et de ricochets et bulles on est émerveillé.

    Puis vient l'adolescence en tourbillons passionnées,

    On parle à son reflet de ses amours cachées.

    A l'âge de raison les remous sont irraisonnés,

    On a si peur du monde, on a si peur d'aimer!

    soudain, remous et tourbillons ont cessé.

    La vie est belle, nous aimons, nous sommes aimés

    Comment savoir que ce sont nos plus belles années?

    On revient sur le rive quand le temps est passé

    On s'assoit près du bord simplement pour rêver,

    Puis on devient mémoire pour ceux qui sont restés

    Près du fleuve qui passe, qui ne fait que passer

    Sissi poésieenhabit 

    Près du fleuve


    13 commentaires
  •  ♥ Mimosa  ♥

    Mimosa

    Mimosa 

    Le mimosa

    Il suffit d'un zéphyr,

    Dans ta belle livrée,

    Pour que d'un seul soupir, 

    Je me vois enivré.

     Mimosa

    Tu es le point vernal,

    D'une froide saison, 

    de retour triomphal,

    Tu fleuris les maisons.

     Mimosa

    Tes feuilles ciselées,

    Sur un port buissonnant,

    Gardent pour une année,

    Leur aspect verdoyant.

     Mimosa

    Charmant le bord de mer,

    Quand la nature dort,

    Tu n'es pas un peu fier,

    Dans ta parure d'or.

    Mimosa 

    Qu'il est doux d'inspirer,

    Ton essence divine, 

    Avec celle salée

    De la brise marine.

    Auteur inconnu 

    Mimosa


    11 commentaires
  • ♥ Au bord de mer  ♥

    Bord de mer

    Au bord de mer

    Au bord de mer

    Près de la mer, sur un de ces rivages

    Où chaque année, avec les doux zéphyrs,

    On voit passer les abeilles volages

    Qui, bien souvent, n'apportent que soupirs,

    nul ne pouvait résister à leurs charmes,

    Nul ne pouvait braver ces yeux vainqueurs

    Qui font couler partout beaucoup de larmes

    Et qui partout prennent beaucoup de cœurs.

    Quelqu'un pourtant se riait de leurs chaînes,

    Son seul amour, c'était la liberté,

    Il méprisait l'amour et la beauté,

    Tant, debout sur un roc solitaire,

    Il se penchait sur les flots écumeux

    Et sa pensée, abandonnant la terre

    Semblait percer les mystères des cieux.

    Tantôt, courant sur l'arène marine,

    Il poursuivait les grands oiseaux de mer,

    Imaginant sentir sans sa poitrine

    La liberté pénétrer avec l'air,

    Et puis le soir, au moment où la lune

    Traînait sur l'eau l'ombre des grands rochers,

    Il voyait à travers la nuit brune

    Deux yeux amis sur sa face attachés.

    Quant il passait près des salles de danse,

    Qu'il entendait l'orchestre résonner,

    Et, sous les pieds qui frappaient en cadences

    quand il sentait la terre frissonner

    Il se disait: Que le monde est frivole!"

    Qu'avez-vous fait de votre liberté!

    Ce n'est pour vous qu'une vaine parole,

    Hommes sans cœur, vous êtes sans fierté!

    Pourtant un jour, il y porta ses pas

    Ce qu'il y vit, je ne le saurais dire

    Mais sur les monts il ne retourna pas. 

    Guy de Maupassant

    Au bord de mer


    15 commentaires
  • ♥ Les pivoines  ♥

    Les pivoines

     Les pivoines

    Les Pivoines

    Les pivoines sont de belles roses majestueuses

    Blanches, roses, où pourpres: couleurs joyeuses

    Valse leurs robes de belles crinolines

    Dansent nos yeux devant leurs charmes intimes 

    Par le soleil qui joue à éclairer leurs flammes

    La douceur de leurs ailes couve ces jeunes âmes

    Elles sourient de l'éclat dont le ciel les décore

    Sous les rayons du soleil qui luisent depuis l'aurore

    Ces pivoines, des veuves sultanes sublimes

    Au sérail des couleurs elles se pâment intimes

    Reine de beautés dans la journée des étoiles 

    Seule la nuit les caresse en étalant son voile 

    ClaudeB

    Les pivoines


    9 commentaires
  • ♥ J’échangerais  ♥

    J’échangerais

    J’échangerais

     J'échangerais...

    J'échangerais mes ans pour un jardin qu'on respire,

    Et mes jours pour un ciel qu'on voit s'ouvrir.

    J'échangerais mes matins pour une aube de victoire,

    Et toutes mes paroles pour un cri de gloire.

    J'échangerais mon âmes pour un seul mots pur,

    Et toutes mes angoisses pour une phrase qui rassure.

    J'échangerais tout pour un instant de symphonie,

    Pour un moment en pattes de velours à l'ombre du midi.

    O vent! éparpille les mots que prononcer je n'ose:

    "Échangerais ronce du passé contre rose à peine éclose"

    Et si mes fols espoirs dans un zéphyr mauvais s'achèvent,

    Je fermerai mes yeux et dormirai dans l'astre de mes rêves.

    Alors cesseront les flûtes et les chants,

    A l'horizon vermeil de mes désirs brûlants

    Sissi poesieenhabit

    J’échangerais


    7 commentaires
  • ♥ Les marguerites ♥

    La marguerite

    La marguerite

    Marguerite

    Innocence

    Par-dessus l'horizon aux collines brunies,

    Le soleil, cette fleur des splendeurs infinies,

    Se penchait sur la terre à l'heure du couchant:

    Une humble marguerite, éclose au bord d'un champ,

    Sur un mur gris croulant parmi l'avoine folle,

    Blanche, épanouissait sa candide auréole;

    Et la petite fleur, par-dessus le vieux mur,

    Regardait fixement, dans l'éternel azur,

    Le grand astre épanchant sa lumière immortelle

    Et moi, j'ai des rayons aussi! -lui disait-elle

    Victor Hugo 1802-1885

     La marguerite

    le jeu de la franche Marguerite séduit les amoureux:

    "Elle m'aime un peu, beaucoup, passionnément...

    Le nom de la plante vient du grec margaritês (perle), 

    et elle est toute naturellement symbole d'innocence 

    et de pureté. Lorsqu'une gente dame était courtisée par

    un chevalier partant pour la croisade et qu'elle portait 

    une couronne de Marguerites; elle voulait dire: 

    "J'y songerai et vous garderai ma foi." 

    Si elle permettait au chevalier de faire graver sur son écu

    deux Marguerites entrecroisées, elle témoignait ainsi de son

    penchant amoureux et était définitivement engagée.

    La marguerite


    9 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires