• ♥ Le renard  ♥

    Le renard

    Le renard

    Les Hôte de nos montagnes: Le renard

    Taille: 90 à 120 cm et 45 cm avec la queue 

    poids: 6 à 40 kg

    Longueur pied; 5 à 6,3 cm 

    Largeur: 3,4 à 5,4 cm

    On peut le rencontrer jusqu'à 2 500 m d'altitude,. Ses pieds ont 4 doigts

    de forme ovale; les deux pelotes digitales externes sont situées nettement 

    à l'arrière, avec les griffes orientées vers l'avant (invisible dans la 

    poudreuse). quand il se déplace au trot dans la neige, sa patte postérieur

    vient se mettre dans la trace de la patte antérieur. 

    Le renard


    10 commentaires
  • ♥ Lumière d’un soir  ♥

    Lumière d’un soir

     Lumière d’un soir

    Lumière d'un soir

    Un archipel de bleu, colore tous les espoirs

    Quand se couche au vent de la lune, la lumière du soir

    Je regarde ce ciel au travers de doux feuillages

    Des milliers de rayons, se brisent sur son rivage

    Ensevelis et sereins sous ses longs bancs de feu

    Dans des formes inconnues, s'ouvre l'archipel des dieux

    C'est un de ces soirs, adorables où il n'y a pas d'éclairs

    pas un souffle de vent flamboyant dans les airs

    Tout vogue comme un voilier d'or au centre de l'éther

    Sur cette île des airs, je vois montant dans le ciel 

    Les marches d'escaliers sur le chemin de l'éternel

    J'écoute la paix qu vole dans le feu du couchant sombre 

    Je me vois fuir dans ce vaisseau en marchant dans mon ombre

    Aurais-je trouvé enfin la clé de tous les mystères

    Avec cette croix du sud importée de puis la terre

    J'entends une voix, comme celle d'en haut: j'écoute 

    Mon cœur se réveille, ce n'était qu'un songe, sans doute

    ClaudeB

    Lumière d’un soir


    9 commentaires
  • ♥ Le chardon bleu  ♥

    Le chardon bleu

    Le chardon bleu 

    Chardon bleu

    Laisse vivre

    Ton chardon bleu

    aux invasions de tes pensées

    sur les terres sacrées de tes collines

    Le chardon bleu 

    Laisse mirer

    ton chardon bleu

    dans les regards saillants 

    des esquisses guerrières de tes racines

     Le chardon bleu

    Laisse courir 

    tes chevaux bleus

    sous les cieux de la fleur étoilée

    aux travers des champs sans discipline

     Le chardon bleu

    Avec tes mélodies 

    Chante 

    L'immortalité de tes épines

    Parhal 2015

    Le chardon bleu


    18 commentaires
  • ♥ Juin  ♥

    Juin

    Juin  

    Juin

    Enfin il est là, le féerique mois de juin

    Disciple du soleil brillant comme sequins.

    Le zéphyr soulève les ailes des demoiselles

    Et fait rougir les élytres des coccinelles.

    l'été se faufile à travers les frondaisons

    Alors que les abeilles jouent à saute moutons.

    Juin! bénies soient tes saveurs de gourmandise

    Puisque avec lui revient le bon temps des cerises.

    Nos lèvres rougies lui distribueront des baisers

    Aussi sucrés que d'inavouable péchés.

    Sissi poésieenhabit

    Juin


    10 commentaires
  • ♥ Le pélican  ♥

    Le pélican

    Le pélican 

    Le pélican

    Les plus désespérés sont les chants les plus beaux,

    Et j'en sais d'immortels qui sont de purs sanglots.

    Lorsque le pélican, lassé d'un long voyage,

    Dans les brouillards du soir retourne à ses roseau,

    Ses petits affamés courent sur le rivage,

    En le voyant qu loin s'abattre sur les eaux.

    Déjà, croyant saisir et partager leur proie,

    Ils courent à leur père avec des cris de joie,

    En secouant leur becs sur leurs goitres hideux,

    Lui, gagnant à pas lents une roche élevée

    De son aile pendante abritant sa couvée,

    Pêcheur mélancolique, il regarde les cieux.

    Le sang coule à longs flots de sa poitrine ouverte,

    En vain il a des mers fouillé la profondeur:

    L'Océan était vide et la plage déserte;

    Pour toute nourriture il apporte son cœur.

    Sombre et silencieux, étendu sur la pierre,

    Partageant à ses fils ses entrailles de père.

    Dans son amour sublime il berce sa douleur,

    Et, regardant couler sa sanglante mamelle,

    Sur son festin de mort il s'affaisse et chancelle,

    Ivre de volupté, de tendresse et d'horreur,

    Mais parfois, au milieu du divin sacrifice,

    Fatigué de mourir das un trop long supplice,

    Il craint que ses enfants ne le laissent vivant,

    Alors il se soulève, ouvre son aile au vent,

    Et, se frappant le cœur avec un cri sauvage,

    Il pousse dans la nuit un si funèbre adieu,

    Que les oiseaux de mers désertent le rivage,

    Et que le voyageur attardé sur la plage,

    Sentant passer la mort, se recommande à Dieu. 

    Poème d'Alfred de Musset,

    Le pélican


    12 commentaires
  • ♥ Miroir mon beau miroir  ♥

    Miroir mon beau miroir

    Miroir mon beau miroir 

    Miroir Mon beau miroir...

    C'est hier que je vis dans la glace d'une vitrine,

    Une figure fatiguée, une espèce de bobine,

    Dont on dit qu'elle n'a pas bonne mine.

    Miroir mon beau miroir 

    C'était sommes toute, un faciès usagé,

    Aux paupières bien affaissées,

    aux cils plutôt clairsemés, un peu usés.

    Au font si ridé qu'on l'aurait cru strié,

    Un visage sur le chemin du décomposé.

    Miroir mon beau miroir 

    Quand aux jambes, aux cuisses et aux pieds,

    Je vous laisse à ce sujet toute liberté,

    Mais le pire, bien sûr, vous l'avez deviné,

    Se situe à d'autres endroits dits privés

    Que la décence m'empêche ici de nommer.

    Miroir mon beau miroir 

    Le miroir est méchant car point ne ment ,

    Et quand je me suis reconnue avec effarement 

    J'ai pensé qu'il était plus que temps

    D'envisager quelques solide ravalement.

    Miroir mon beau miroir 

    Mais hélas tout passe et tout s'use,

    L'histoire me fait penser, oh pitié à ma muse,

    Au Radeau de la Méduse 

    Sissi poésieenhabit

    Miroir mon beau miroir


    12 commentaires
  • ♥ Parfum de violette  ♥

    Parfum de violette

     Parfum de violette

     Parfum de violette

    Elle sent bon, la violette,

    Première fleur du renouveau,

    Quand au ciel un petit oiseau

    Lance gaiement sa chansonnette.

     Parfum de violette

    Elle sourit dans se cachette

    Timidement, près du ruisseau,

    Elle sent bon, la violette

    Première fleur du renouveau.

    Parfum de violette 

    âme tendre, fraîche et simplette

    Minuscule au pied du roseau,

    Un papillon qui fait e beau 

    Se plait à lui conter fleurette.

    Parfum de violette 

    Elle sent bon la violette...

    Suzanne Panizzi

    Parfum de violette


    11 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique