• ♥ Printemps d’amour ♥

    Printemps d’amour

     Printemps d’amour

    Printemps d'amour

    Toujours matinal quand nous dormons encore

    Il jouit avant nous de l'astre aux rayons d'or

    Saison des amours que les oiseaux fervents

    Savourent comme un doux et merveilleux présent.

     Printemps d’amour

    Dans les gazons si frais, dans le velours des fleurs

    Dans le cristal des eaux et dans celui des coeurs

    Printemps d'amour, saison que l'on regrette ici-bas

    Mais s'il ne mourait pas, l'été ne serait pas.

    Sissi poésieenhabit

    Printemps d’amour


    16 commentaires
  • ♥ Rose bleue ♥

    Rose bleue

    Rose bleue

    La rose bleue

    Dans la nature, il n'existe pas de rose bleue. En effet, les rosiers ne

    produisent pas le pigment végétal primaire qui est à l'origine des vraies

    fleurs bleues, la Delphinidine.

    Rose bleue

    Traditionnellement, les roses bleues ne pouvaient être obtenues que par la 

    teinture de roses blanches. Des prétendues "roses bleues" ont parfois été

    produites par es méthodes  classiques d'hybridation, mais les fleurs 

    obtenues, comme par exemple "Blue Moon",ont une couleur plus proche du lilas

    que tu bleu.

    Rose bleue

    En 2014, après 13 ans de recherches conjointes, les société florigene

    (Australie) et Suntory (Japon) ont créé la première vraie rose bleue en

    recourant à l'ingénierie génétique. Le gène de la delphinidine a été cloné

    à partir d'un pétunia et inséré dans un rosier à fleurs mauve parme,

    "Cardinal de Richelieu" (cultivar de Rosa gallica obtenu en Hollande en  1840

    par Van Slan).

    Cependant , comme le pigment cyanidine était encore présent, la couleur de la rose 

    tirait plus sur le bordeaux foncé que su rel vrai bleu. Des recherches ultérieures

    sur ce rosier, faisant appel à la technologie de l'ARN interférent pour réduire la

    production de cyanidine, ont produit une fleur d'un violet très foncé, avec 

    seulement quelques traces de Cyanidine.

    Rose bleue


    14 commentaires
  • ♥ Les quatre saisons ♥

    Les quatre saisons

     Les quatre saisons  

    Les quatre saisons

    Combien me reste-t-il de printemps à semer 

    Quand le soleil  levant dissipe la grisaille?

    Perce-neige et crocus, plantés dans la rocaille,

    Seront les tout premiers pour venir nous charmer

    L'odorant seringa, le muguet, la jonquille,

    Les arbres du verger; tout habillés de blanc,

    Écoutent, stupéfaits, la grive qui babille

    Et les éclats de voix du merle conquérant.

     Les quatre saisons

    Combien me reste-t-il d'étés à contempler 

    Quand la lune est propice au lever des semailles?

    Les prés sont tout remplis de champêtre sonnailles.

    Les taillis, les buissons de nids vont se peupler.

    Le moineau pillera la fraise et la framboise.

    Le discret chèvrefeuille embaume les matins, 

    La frêle campanule a des airs de bourgeoise,

    Le rosier souverain exhale ses parfums.

     Les quatre saisons

    Combien me reste-t-il d'automne à subir 

    Quand septembre apparaît nous tenant ses promesses?

    Les jardins, les vergers dispensent leurs richesses

    Et l'ouest orageux nous frappe sans faiblir

    L'aronde se rassemble et la maison frissonne

    Notre parterre accueille un dernier papillon;

    Quand tout devient muet, la nature s'étonne

    Et le merle craintif se cache en son buisson

     Les quatre saisons

    Combien me reste-t-il d'hiver à redouter

    Quand l'aquilon fougueux nous couvre de nuages?

    Les oiseaux migrateurs quittent leurs pâturages,

    Les bois tout effeuillés semblent se lamenter;

    Les champs sont dépeuplés, la nature déserte,

    Tout n'est plus que silence engourdi de frimas,

    Plus un cri, plus un chant, toute choses est inerte,

    Seul, le vent mugissant sévit avec fracas.

    auteur inconnu

    Les quatre saisons


    15 commentaires
  • ♥Aux montagnes divines ♥

    Ohé de la vallée

    aux montagnes divines

    Aux montagnes divines

    Glaciers bleus, pics de marbre et d'ardoise, granits,

    Moraines dont le vent, du Néthou jusqu'à Bègles, 

    Arrachez, brûle et tord le froment et le seigle,

    Cols abrupts, lacs, forêts pleines d'ombre et de nids!

     aux montagnes divines

    Antres sourds, noirs vallons que les anciens bannis,

    Plutôt que de ployer sous la servile règle,

    Hantèrent avec l'ours, le loup, l'isard et l'aigle,

    Précipices, torrents, gouffres, soyez baénis!

    aux montagnes divines 

    Ayant fui l'ergastule et le dur municipes,

    L'esclave Geminus a dédié ce cippe

    Aux Monts, gardiens sacrés, de l'âpre liberté;

    aux montagnes divines 

    Et sur ces sommets clairs où le silence vibre,

    Dans l'air inviolable, immense et pur, jeté,

    Je crois entendre encor le cri d'un homme libre!

    José Maria de Hérédia (1842-1905)

    aux montagnes divines


    18 commentaires
  • ♥ Oh ! lac ♥

    Oh ! lac

    Oh ! lac

    Oh! Lac

    Oh! lac oh! Mon beau lac, oh! magique montagne

    Tu as conquis mon cœur, tu as conquis mon âme

    Niché au pied des pics, au pied des névés

    Tu resplendis dans ton immense beauté

    Dans ce ciel merveilleux que nous offre l'été

    Ce ciel pêche dans tes eaux toute sa volupté

    Pour te recouvrir de cette belle couleur bleutée

    Tu es l'accus mythique de ce lieu

    Ton panoramique inonde tous les yeux 

    La grande Pythie n'aurait pas fait mieux

    Tu es tout dans la balade de ton tour merveilleux

    Mon dieu que la montagne es belle

    Sa beauté resplendit car elle est éternelle

    mon cœur inondé se fond dans le leur de ton cœur

    Sa cantharide vibre dans ton palais bonheur

    ClaudeB

    Oh ! lac


    18 commentaires
  • ♥ Le tournesol ♥

    Le tournesol

     Le tournesol

    Le tournesol est une plante oléagineuse et tient son nom de son 

    héliotropisme spectaculaire. Sa culture est considérée comme tolérante

    à la sécheresse grâce à un système racinaire très développé et bien

    implanté. Généralement monoflore, il existe des types polyflores.

    La couleur  et la forme des fleurs ligulées, ainsi que la forme du 

    capitule sont variables.

    Le tournesol 

    Introduit en Europe au 16e  siècle d'abord comme plante ornementale,

    c'est au 19e siècle que le tournesol devient une plante oléagineuse 

    cultivée par les russes.

    En effet, l'église orthodoxe interdisait, durant le carême, la consommation

    de corps gras et l'huile de tournesol ne figurait pas dans cette liste 

    interdite.La teneur en huile de la graine atteint alors 40% grâce au 

    des sélectionneurs russes.

     Le tournesol

    Première plante annuelle cultivée spécifiquement pour son huile.

    Le développement du tournesol comme plante de grande culture en Europe

    de L'Ouest, et particulièrement en France, est récent: il date de 1960.

     Le tournesol

    La composition de son huile, de bonne qualité nutritionnelle et supportant 

    bien la cuisson, ainsi que ses besoins culturaux limités, sont les atouts

    majeurs de son développement.  Pouvant se féconder avec 49 espèces proches 

    génétiquement, le tournesol dispose de ressources génétiques très diversifiées.

    On peut ainsi attende des améliorations importantes dans le futur, en terme 

    d'adaptations agronomiques et de diversification des utilisations. 

    Le tournesol


    16 commentaires
  • ♥ L’eau belle ♥

    L’eau belle

    L’eau belle

    L'eau belle

    Je suis née dans le ciel par le flanc d'un nuage,

    De la caresse du vent sur le front de la mer

    Avant d'entreprendre un très long voyage,

    d'achever mon enfance en revenant sur terre.

    L’eau belle

    Ainsi tombée en goutte de la dernière pluie,

    J'ai retrouvé le sole dans un champ d'herbes folles

    Où je me suis glissée par un petit conduit

    Pour y dormir un peu au fond d'une corolle.

    L’eau belle

    Rosée je glissais tout au long d'une tige,

    Attirée par le chant d'un ruisseau de campagne,

    Me voici dans le sein d'une eau qui m'oblige

    A suivre le sort de mes autres compagnes.

    L’eau belle

    Nous flânons dans les près au gré des méandres,

    Insouciantes et heureuses de paysages nouveaux,

    Lorsqu'une cascade nous secoue tous les membres

    Nous jette dans le vide, ah! je tombe de haut!

    L’eau belle

    Je traverse les villes au pied des monuments,

    Je passe sous des ponts ou l'on danse tous en rond, 

    et j'en reçois sur ma robe de noirs effluents

    Qui ternissent la fête en sombres tourbillons.

    L’eau belle

    Je suis asphyxiée, je dérive, je me noie,

    Je glisse entre les algues, je coule, je sis perdue.

    Soudain une lumière, la vie reviens en moi

    J'arrive en estuaire, la mer à les bras tendus.

    Sissi poésieenhabit

    L’eau belle


    17 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires